Déploiement d'une mission d'experts électoraux en République de Guinée

01/12/2018

Depuis 2010, le dialogue politique en République de Guinée représente un défi important, en particulier en période électorale. Ses avancées et reculs rythment la vie politique guinéenne. Ce dialogue (que la communauté internationale, et en particulier l'UE, encourage) suspendu en 2014 suite à une incapacité de rapprocher les positions des deux principaux camps notamment sur les questions électorales, a repris suite à la signature de l'accord politique inter-guinéen du 20 août 2015, et aboutit à l’accord pour la tenue des élections locales. Annulées en 2009 et plusieurs fois reportées par la suite, ces élections n'ont pas été organisées depuis 2004. Le mandat des autorités locales a formellement expiré en 2010 et plusieurs délégations spéciales ont dû être mises en place.

Les élections communales prévues poue le 4 février sont donc aujourd'hui le principal enjeu politique entre la majorité et l'opposition; elles sont d'autant plus importantes qu'elles doivent clôturer un cycle électoral. En effet, l'accord politique du 20 aout 2015, prévoyait que ces élections se tiennent avant la présidentielle et avant la fin du 1er semestre 2016. La relance du dialogue politique inter-guinéen en septembre 2016, montre une volonté de concrétiser la tenue de ces élections. Les parties se sont notamment accordées sur la date des élections communales et l'abandon d'une élection communautaire. Les Chefs de districts et de quartiers seront ainsi désignés en fonction des résultats des élections des maires de communes. L'utilisation du fichier électoral de la dernière présidentielle pour la tenue de ce scrutin a été validée de façon consensuelle.

Le déploiement de la Mission d'Experts Electoraux de l'Union Européenne conduite avec l'appui de B&S Europe permettra d'observer les conditions de l'organisation de ces élections à la lumière des recommandations des missions d'observations électorales de l'UE déployées pour les élections présidentielles de 2010 et 2015 et lors des législatives de 2013 et de réaffirmer le soutien continu de l'UE à l'approfondissement démocratique en cours. Le travail de cette mission fournira, sur la base d'une évaluation technique de l'organisation et la tenue des élections locales, une contribution crédible et professionnelle à la poursuite des réformes nécessaires, notamment du système électoral.

 

Dans un bureau de vote à Conakry lors de l'élection présidentielle du 11 octobre 2015. © REUTERS/Luc Gnago

Share